Maryse Joissains se plaint de « certaines pratiques » journalistiques auprès de Delphine Ernotte

Par Narkasse Kerboua. Visuel: Narjasse Kerboua/ Gomet Media

 

« Non, votre but n’est pas d’informer la population mais d’organiser des mises à mort médiatiques odieuses (…) Je ne me laisserai pas salir, sans riposter, par des gens qui ont fait de leur beau métier une engeance ». Maryse Joissains a fait part de sa colère dans un courrier adressé à Delphine Ernotte, président-directeur de France Télévision, fin février. Elle y dénonce ce qu’elle qualifie de « procédés d’intimidation ».

Après que Maryse Joissains eut refusé, dans un premier temps, d’être interviewée par une équipe de tournage de France 2, sur la thématique de la famille en politique pour les besoins de l’émission « Complément d’enquête » (diffusée le 8 mars), les journalistes se sont rendus au conseil municipal du 1er février pour poser leurs questions au maire.  Selon Maryse Joissain, les journalistes auraient menacé de montrer à l’écran qu’elle s’était dérobée, si elle refusait de répondre.

« Dans quel monde vos journalistes se croient-ils, écrit-elle à Delphine Ernotte. A quelle triste époque s’imaginent-ils vivre ? Epoque indigne et décriée par l’histoire où il suffirait d’être dénoncé par un voisin pour être désigné à la vindicte publique ? (…) » Il faut dire que le reportage sur la « préférence familiale » en politique intitulé « Dynasties, mairies : le pouvoir en famille », avait sans doute de quoi l’inquiéter, à l’heure où Maryse Joissains prépare son procès en correctionnel pour deux affaires.

Le sujet de France 2 met ainsi en exergue le règne des Joissains (celui de Maryse, de son ex-mari Alain Joissains, collaborateur parlementaire de sa fille, Sophie, quant à elle, élue au conseiller municipal et sénatrice LR des Bouches-du-Rhône) depuis 17 ans sur la ville d’Aix-en-Provence. « En ce qui nous concerne, nos liens sont connus de tous puisque nous portons le même nom – contrairement à beaucoup d’autres – et avons toujours assumé publiquement les liens professionnels qui ont peu ou peuvent nous unir… », justifie le maire d’Aix dans son courrier. Une lettre vindicative quelque peu surprenante au regard du reportage en question où l’on voit le maire s’exprimer finalement sans se dérober sur ce sujet, précisant que « dans tous les corps de métier il y des enfants qui font la même chose que leurs parents. Ce n’est pas anormal, ce n’est pas malhonnête, ce qui l’est c’est qu’ils ne travaillent pas. Ce n’est pas le cas. Tout est normal, tout est régulier », plaide-t-elle devant la caméra de France 2.

Selon nos informations, le maire n’a à ce jour reçu aucune réponse de la part de Dephine Ernotte.

 

Dans la même rubrique Actualités

Il y a un an sur Gomet’

Content de vous revoir !

Se connecter

Créer un nouveau compte !

Remplir le formulaire pour s'inscrire

Récupérer votre mot de passe

Merci d'entrer votre email ou bien votre identifiant pour réinitialiser votre de passe